Covid : cette proposition folle qui réveille la France !

Vues: 47561

0

goupil

De: goupil

Date d'envoi: 01/04/2022

Etiquettes: proposition folle  

Covid : cette proposition folle qui réveille la France !

Partager

Share

Intégrée

Copiez et collez ce code dans votre site ou votre blog.

Ajouter à

Vous devez vous pour ajouter des vidéos à vos listes de lecture.

Commentaires de la vidéo

1 Nombre de commentaires

or Register to post comments.

JNOGUES 01/04/2022 Répondre Signaler un abus

Rien de nouveau sous le soleil de la République !

Marat était médecin. Très engagé dans les idées ''républicaines'' il; avait fondé un quotidien nommé ''L'ami du peuple''.

Ayant mené la vie qu'il avait menée, il avait contracté une horrible maladie que les moyens de l'époque ne pouvaient guérir, aussi passait-il beaucoup de temps dans sa baignoire pour en soulager les souffrances, en prenant des bains soufrés qui ne lui faisaient guère d'effet.

Cette maladie était une phtiriase ayant mal tourné (pas si rare à l'époque !). La couche de pourriture formée des déjections des millions de morpions atteignait 1 cm entre le nombril et le périnée. Les morpions vivants gambadaient à la surface de cette ''étoffe'' de vermine pourrie et de déjections putrides, rien n'y faisait car toute tentative de décoller ce tablier très particulier aurait abouti à laisser le sous-derme à nu comme chez un homme dépecé. Charlotte Corday, miséricordieusement, a mis fin aux souffrances de cet honorable médecin.

Mais sans le savoir, Charlotte Corday (dans mon éthique perso, une sainte) a coupé court à bien autre chose, qui nous renvoie tout droit à cette intervention de l'honorable médecin Grimaldi.

En ce temps-là, les boucs émissaires étaient appelés les ''ci-devant''. Ce mot signifiait tout à la fois ce que signifient aujourd'hui, dans la doxa universelle des gauches, les mots (entendus en leur sens péjoratif) :

''patrons'', ''riches'', ''bourgeois'', ''privilégiés'', ''capitalistes'', ''ploutocrates'', ''exploiteurs'', ''antisociaux'', ''aristos'', ''koulaks'', etc, etc.
Leur caractère commun : tous ces gens fréquentaient les théâtres, et ''aller au théâtre assez souvent'' suffisait à faire partie de cette liste de proscrits et boucs émissaires que la république ordonnait de discriminer.

Le médecin Marat flattait tous ces bas instincts et avait fait voter une loi qui obligeait tous les ci-devants à arborer un brassard sur l'humérus gauche, blanc comme neige et bien visible.

En outre, les ci-devant avaient interdiction de se réunir publiquement à au moins trois, et il était ordonné à tout bon citoyen qui repérait un groupe d'au moins trois ci-devants, reconnaissables à leur brassard blanc, de tirer dans le tas (en ce temps-là, le port d'armes n'était pas interdit).

La loi avait été votée sans état d'âme par le Parlement de l'époque.

Mais le décret n'était pas encore paru (il faut toujours plusieurs semaines, voire plusieurs mois). Sans le vouloir, Charlotte Corday a empêché ce processus démocratique d'arriver à son terme, en plantant son couteau dans le vénérable dos de l'honorable Marat entre le vote de cette loi et la parution du décret associé. Du coup, il n'a plus jamais été question de cette loi, on ne sait pourquoi.


SOURCE :''Histoire de la Révolution française'', tome 1, par Adolphe Thiers.

CONCLUSION

l'intelligence commande de se méfier de la profession ''médecin'' même aujourd'hui.
Molière avait vu juste en leur réservant quelques flèches méritées bien acérées qui restent d'actualité même en 2022.
Ils usent et abusent du pouvoir théâtral qu'ils ont sur le commun des mortels, un peu comme s'ils étaient immortels,eux, et pouvaient décider de notre vie et de notre mort. Ils prennent volontiers de grands airs supérieurs en vous regardant de haut dans votre pauvre lit de malade avec affichage de votre courbe de températures.....là vous êtes à leur merci, honteux devant eux qui portent si beau dans ce tableau. Et cette attitude condescendante contamine jusqu'à certains personnels soignants qui vous humilient volontiers à raison de votre triste état.

Pourtant si on les dépouille de tout cet attirail théâtral, ils ne sont que de pauvres humains comme nous tous ! et bien souvent, devant la tragédie, ILS N'EN SAVENT PAS PLUS QUE VOUS NI MOI. La médiocrité intellectuelle n'est pas si rare parmi eux.
Qu'un GRIMALDI ose dire que les non-vaccinés sont un danger est insupportable et relève de la croyance la plus débile.

VOIR LA SUITE PROCHAIN MESSAGE